Archive for juin 2012

Rythmes scolaires, donnez votre avis

27 juin 2012

 

Pour bien enseigner les mathématiques, la méthode de Singapour

19 juin 2012

Grâce à cette méthode, Singapour arrive en tête de tous les classements internationaux.

Le témoignage d’un enseignant : Voir la vidéo

La méthode est publiée par la Librairie des Écoles (Accédez au site internet)

Elle propose un manuel et un cahier d’exercices pour l’élève ainsi qu’un guide pédagogique pour chaque niveau du CP au CM2.

Rythmes scolaires : Il est impératif de raccourcir les vacances d’été

15 juin 2012

Le Ministre de l’Éducation, Vincent Peillon, vient d’annoncer qu’il choisissait d’allonger de 4 jours les vacances de la Toussaint pour la prochaine rentrée scolaire.

Cette annonce ne peut se faire sans contrepartie.

L’ensemble de la communauté éducative rassemblée autour de SOS Éducation demande que les vacances d’été soient raccourcies de quatre jours et que cette mesure entre en vigueur à la rentrée 2012-2013.

« Si l’on veut donner les mêmes chances à chaque élève, on doit impérativement regagner ces quatre jours sur les vacances d’été dès cette année. L’annonce du Ministre est totalement incomplète ! », déclare Olivia Millioz, porte-parole de SOS Éducation.

« Si l’on souhaite que tous les enfants réussissent à l’école, il faut leur redonner du temps pour qu’ils puissent apprendre. Ils ont besoin non d’être gavés mais de travailler régulièrement et méthodiquement. Nous avons tous à y gagner : les élèves, les enseignants et les parents ! » ajoute la porte-parole de l’association.

Les écoliers français travaillent en effet déjà 36 jours de moins que les écoliers européens. Ils n’ont que 144 jours de classe contre 180 jours en moyenne en Europe.

Contact presse : Olivia Millioz – 01 45 81 22 67

Et l’écriture …

13 juin 2012

Trop souvent oubliée, l’écriture est l’un des apprentissages fondamentaux du CP comme le rappelle Françoise de Lessan sur son blog Pour une autre école.

http://www.pouruneautreecole.blogspot.fr

    « Savoir lire, et bien lire, est ce qu’il y a de plus important pour l’enfant qui commence sa scolarité. L’enseignant le sait et même s’il utilise comme tous ses collègues la méthode semi-globale, il essaie de bien faire, se renseigne, se fait aider. Et puis comment choisir une méthode quand on n’en connaît qu’une seule?

C’est beaucoup plus difficile d’apprendre à écrire à un enfant.C’est un apprentissage, a priori simple, dont on parle peu et qui est très mal fait.

Les enfants qui entrent en CP, écrivent, dessinent depuis 2 ou 3 ans. La plupart du temps, on les a laissés choisir seul ou presque comment tenir leur crayon, positionner leur feuille. Au début de ma 1ère année de CP, j’ai vu tous mes élèves, leur feuille bien droite devant eux,  les droitiers écrivaient  de côté, en crabe, la main à droite de la ligne d’écriture, les gauchers, la main à gauche sur la ligne d’écriture donc passant sur ce qu’ils venaient d’écrire ou bien la main au-dessus de la ligne, poignet cassé vers l’intérieur.
Pourtant dans le petit livre sur les programmes de l’école qu’on trouve partout, il est expliqué que, pour écrire, on doit placer la feuille ou le cahier dans l’axe du bras. C’est l’un des rares conseils justes et utiles de ce petit livre. Les droitiers comme les gauchers doivent incliner leur feuille vers l’intérieur, poser leur main sous la ligne d’écriture, le mouvement des doigts, souple et vertical, forme les lettres, le bras en glissant vers la droite permet d’avancer en écrivant sur la ligne. Ceci est très important pour les gauchers.
Quand une mauvaise habitude est prise, c’est très difficile de la faire changer. Et beaucoup d’écoliers et de collégiens dont l’écriture est illisible et sale ont besoin de graphothérapeutes.   Avec les orthophonistes qui rééduquent les très mauvais lecteurs, cela fait beaucoup de monde pour reprendre les apprentissages élémentaires, sans forcément réussir! »

On ne verra jamais cela en France

8 juin 2012

« Laissez-moi vous parlez du stress (…) le stress, c’est ce que ressent un million et demi de jeunes qui ne parviennent pas à trouver de travail parce qu’ils n’ont rien appris à l’école, et qui n’ont ni les compétences, ni les qualifications nécessaires pour en trouver».

Le ton est donné : le nouveau chef de l’inspection anglaise, Sir Michael Wilshaw, est prêt à tout pour assurer aux élèves des écoles publiques anglaises une éducation d’excellence.

Il sait de quoi il parle. Dirigeant Mossbourne Academy, il a réussi à transformer la « pire école de Grande-Bretagne » en un établissement d’excellence obtenant les meilleurs résultats aux examens nationaux.

Adepte des méthodes radicales, il a déjà proposé de mettre en place des inspections surprises dans les écoles.

Combien de temps devrons-nous attendre en France, pour que le ministre et les responsables de l’Éducation nationale fassent preuve d’une telle ambition pour les élèves ? Qu’ils prennent les mesures nécessaires pour que notre école redevienne une chance pour tous les élèves de réussir ?